Canada : Manifestation nocturne à Montreal

(Montréal) – Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à la place Émilie-Gamelin, au centre-ville de Montréal, mercredi vers 20h30, et ont entamé un peu après 21h la troisième manifestation de la journée dans la Canada : Manifestation nocture à Montrealmétropole, pour contester la hausse des droits de scolarité, quelques heures à peine après l’annonce de l’exclusion de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) de la table de négociation.

Selon la page Facebook de l’évènement, créée pour l’occasion, plus de 3800 internautes avaient confirmé leur présence.

Quelques dizaines d’auto-patrouilles du SPVM encadraient les manifestants, qui ne cessaient d’affluer sur les lieux et qui ont graduellement débordé sur les rues avoisinantes. Plusieurs d’entre eux arboraient des masques et portaient des sacs à dos, certains étaient vêtus de noir et portaient des drapeaux noirs. Des gens associés ou membres du Black Block ont d’ailleurs été signalés sur les lieux.

Certains véhicules du SPVM ont été aspergés de peinture par des manifestants, et l’hélicoptère de la Sûreté du Québec survolait le secteur.

Un peu après 21 h, des orateurs et représentants se sont adressés aux participants toujours regroupés à la place Émilie-Gamelin et ont dénoncé les méthodes de travail des policiers lors des manifestations.

Un orateur s’identifiant comme professeur d’université a de son côté appelé les manifestants à ne pas céder à la provocation.

«Vous êtes ici pour obtenir des diplômes et non des casiers judiciaires», a-t-il lancé à la foule, qui s’est ensuite mise en branle sur la rue Berri en direction nord.

Les manifestants, dont plusieurs, en tête, étaient masqués, ont ensuite emprunté la rue Saint-Denis Sud pour déboucher sur la rue Sherbrooke et marcher en direction ouest. Plusieurs pièces pyrotechniques ont été lancées au-dessus de la foule.

Bien qu’annoncée sur le site de la CLASSE, la manifestation était organisée par l’Association facultaire étudiante de science politique et droit de l’UQAM (AFESPED-UQAM).

Mercredi après-midi, la ministre de l’Éducation Line Beauchamp avait exclu de la table de négociations la CLASSE.

Quelques minutes plus tard, en solidarité avec la CLASSE, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) ont suspendu leurs discussions.

20120426-030655.jpg